Parution

Philosophie et philosophes dans l’Augustinus de Jansénius

par Chiara Catalano

Dans le Liber prooemialis de son Augustinus (1640), Jansénius (1585-1638) écrit que la philosophie fut autrefois « mater haereticorum » et qu’elle est maintenant « mater errorum ». Cette assertion, dont Tertullien est à la source, anime l’intégralité de la critique jansénienne contre la philosophie ; elle sert également de point de départ à cette étude. Notre analyse s’attache, en effet, à la critique de Jansénius contre la philosophie païenne et humaine, en tant qu’inspiratrice non seulement de plusieurs hérésies antiques (pélagienne en particulier), mais aussi de nombreuses erreurs commises par la scolastique moderne et, plus précisément, par les jésuites. On y retrouvera les arguments avancés par Jansénius contre Francisco Suárez (1548-1617) qui, en raison de son stoïcisme, aurait reproduit, selon l’auteur, les erreurs du pélagien Julien d’Éclane, aussi bien que contre Gabriel Vázquez (1549- 1604) et son aristotélisme. L’attaque de Jansénius concerne aussi un autre jésuite, François Garasse (1585-1631), que Saint-Cyran (1581-1643) avait combattu dans sa Somme des fautes et faussetés capitales contenues en la Somme théologique du Père François Garasse (Paris, 1626). Peut-on, alors, considérer Jansénius comme un second Augustin, qui a essayé de lutter contre les nouvelles hérésies de l’époque moderne et surtout contre leur philosophie ?

Chiara Catalano, docteur en philosophie (Università del Salento- Lecce/École Pratique des Hautes Études - Paris), ancienne pensionnaire étrangère de l’École Normale Supérieure de Paris, International Scholar à la Katholieke Universiteit Leuven en Belgique en 2010-2011, est assegnista di ricerca au Dipartimento di Studi Umanistici de l’Università del Salento-Lecce. Elle travaille sur Jansénius et sur sa critique contre les philosophies anciennes (stoïcisme, épicurisme et aristotélisme), la scolastique et les jésuites (Garasse, Suárez et Vázquez).


Annonces