Accueil du site > Série 2009 > Articles et contributions > Qu’est-ce que Port-Royal ?

Philippe Sellier

Qu’est-ce que Port-Royal ?

 



Article au format html


Version imprimable

1. L’année 2009 est marquée par deux centenaires, l’un printanier, l’autre hivernal : la réforme de l’illustre abbaye de Port-Royal des Champs en 1609 par une abbesse de dix-sept ans, Angélique Arnauld ; la dispersion des dernières religieuses sur l’ordre de Louis XIV en 1709. Ces deux centenaires ont été classés Célébration nationale.

2. Mais de qui exactement parle-t-on, quand on prononce ce nom de Port-Royal ? Comment expliquer qu’ait pu paraître en 2004 aux éditions Champion un monumental Dictionnaire de Port-Royal, qui ne compte pas moins de 2.300 articles ? Déjà, de 1840 à 1867 avait été élaboré l’imposant Port-Royal de Sainte-Beuve, le chef-d’œuvre de la critique littéraire et religieuse en France, sans cesse réédité, et jusque dans la Bibliothèque de la Pléiade ( en 3 volumes), puis tout récemment dans la collection “Bouquins” (2 volumes).

3. Pour saisir l’ampleur du phénomène, il est utile de recourir à une image géométrique, celle d’un cercle central, entouré de quatre autres cercles concentriques.

 Au cœur de tout, les moniales

4. Au centre se situent les moniales. Port-Royal est un monastère de cisterciennes, fondé en 1204, effacé pendant ses quatre premiers siècles et constitué en 1609 d’une douzaine seulement de religieuses. Ramenée à la pureté de la Règle de saint Benoît dans l’esprit de saint Bernard, la communauté voit bientôt affluer les vocations. Celles-ci deviennent si nombreuses qu’en 1625 la mère Angélique décide de quitter les lieux alors insalubres de Port-Royal des Champs, dans la vallée de Chevreuse, à 25 km au sud-ouest de Paris, et crée un monastère à Paris, au Faubourg Saint-Jacques, à l’une des extrémités de l’actuel boulevard de Port-Royal. Provisoirement abandonnée la maison des Champs accueille en 1638 des hommes épris de retraite, les fameux Solitaires. Ceux-ci drainent les zones marécageuses et assainissent les entours des bâtiments. De sorte qu’en 1648 une partie des moniales parisiennes, qui ont dépasé la centaine, se réinstalle aux Champs. De 1648 à 1665, Port-Royal est une abbaye unique, gouvernée par une seule abbesse, mais comprenant deux maisons : Port-Royal de Paris, dont les bâtiments et le cloître subsistent encore aujourd’hui, et Port-Royal des Champs, rasé en 1710-1711 sur ordre du roi. C’est l’époque où la communauté se trouva prise dans la violente controverse qui opposait un ordre nouveau, les jésuites, aux défenseurs de la théologie de saint Augustin sur la grâce divine. La pensée d’Augustin avait joui d’une autorité plus que millénaire dans l’Église catholique ; mais avec la montée des idéaux de la Renaissance et un sens plus vif des pouvoirs de l’homme, elle avait commencé à paraître à nombre de catholiques laisser trop peu de place au libre arbitre humain en face de la toute-puissance de Dieu. Pleinement confiantes dans cette tradition augustinienne, dans les théologiens qui les conseillaient et – pour les plus savantes – dans Augustin lui-même, les religieuses avaient presque toutes refusé de signer un Formulaire imposé par l’Assemblée du clergé de France, qui reprenait des condamnations romaines de 1653 et 1656. C’est la célèbre affaire des Cinq Propositions : Rome avait condamné cinq affirmations présentées comme conformes à la pensée d’un grand livre de l’évêque d’Ypres, Corneille Jansen (en latin Jansenius). L’ouvrage, paru en 1640 et intitulé Augustin (Augustinus), se voulait l’œuvre d’un simple historien des idées. En clouant au pilori ces cinq propositions, ne condamnait-on pas toute une part de la pensée augustinienne elle-même ? C’est ce dont furent, ou restent, convaincus nombre de penseurs chrétiens. Devant ce refus de signer le Formulaire, les autorités politiques et religieuses firent arrêter en 1664 seize moniales et les emprisonnèrent dans divers couvents. Près d’un an s’écoula, sans qu’on réussisse à faire plier la plupart d’entre elles. Les 96 qui refusaient de signer furent alors regroupées aux Champs, tandis que la douzaine de « signeuses » se vit attribuer la maison de Paris. Dès lors l’esprit de Port-Royal ne survécut qu’au monastère des Champs, qui connut un ultime éclat entre 1668 et 1679, pendant cette accalmie qu’on a appelée « la Paix de l’Église ». Mais en 1679 Louis XIV interdit tout recrutement de novices, vouant ainsi la communauté à une extinction progressive. Trouvant que les dernières religieuses ne mouraient pas assez vite, le monarque ordonna leur dispersion en 1709.

5. La maison de Paris mena une existence terne jusqu’en 1792, moment où la Révolution supprima les vœux de religion et s’empara des bâtiments, transformés en prison, puis en maternité.

6. Ce rapide survol historique s’imposait pour bien marquer que l’âme du mouvement, ce fut la communauté des religieuses, vouée à la prière. Le tintamarre des controverses théologiques et l’étonnant épanouissement littéraire dont elle fut le centre, ont fallacieusement éclipsé ce primat de la vie monastique. Sainte-Beuve, avec sa perspicacité coutumière, l’a bien perçu : même au moment où les débats sur la grâce agitaient le plus bruyamment Paris, « il y eut, presque sans interruption, le cloître, le sanctuaire, la cellule et le guichet des aumônes, la pratique chrétienne des moeurs et l’intérieur inviolable de certaines âmes, le cabinet d’étude pauvre et silencieux, le désert et la Grotte des conférences près de la Source de la mère Angélique.

7. Port-Royal apparaît ainsi sous son vrai jour : un déploiement culturel de la prière.

 Le premier cercle

8. Autour de ce centre gravite un premier ensemble de personnalités : les chapelains, confesseurs et directeurs des religieuses, ainsi que les maîtres des « Petites Écoles ». La maison des Champs a en effet accueilli entre 1638 et 1661, où fut interdite toute nouvelle inscription, environ 120 jeunes garçons, qui y reçurent une formation exceptionnelle. Il suffit de penser à … Racine ou au grand historien Le Nain de Tillemont. La maison de Paris éduquait un nombre plus restreint de filles.

9. Le plus illustre des directeurs fut l’abbé de Saint-Cyran (1581-1643), l’un des hommes les plus savants du royaume et l’un des maîtres spirituels marquants du XVIIe siècle. Longtemps vilipendé dans les Usuels catholiques, traîné dans la boue par l’abbé Bremond, comme ami de Jansénius et défenseur de saint Augustin, il a enfin retrouvé sa vraie stature grâce aux études de l’historien Jean Orcibal, qui a résumé ses travaux dans un petit volume de la collection “Maîtres spirituels” (Seuil, 1961). Auteur de 664 lettres conservées – l’un des massifs épistolaires du Grand Siècle – Saint-Cyran y apparaît en particulier comme l’orchestrateur du thème de la « vocation », appelé à l’avenir que l’on sait ; saint François de Sales avait hésité à le promouvoir, par crainte de favoriser – en insistant sur l’inspiration directe de Dieu – l’hérésie protestante. En se dressant pour défendre les droits de la conscience, les moniales se sont révélées d’authentiques disciples de Saint-Cyran. Une des abbesses, Agnès Arnauld, sœur d’Angélique, écrit ainsi, en novembre 1664, à une de ses sœurs qui hésitait sur la signature du Formulaire : « Je n’ai pas cru qu’il fallût régler sa conscience sur celle des autres, ni rien faire par imitation ; que c’était à Dieu à donner la force dont on avait besoin, et que ce serait s’appuyer sur un bras de chair que de la prendre en une créature. »

10. Bornons-nous à évoquer un autre de ces directeurs, Louis-Isaac Lemaître de Sacy (1613-1684). Poète admiré de Racine, directeur spirituel de Pascal, Sacy a été le maître d’œuvre et le principal artisan de la plus prestigieuse traduction de la Bible en langue française, promise à une carrière de deux siècles, encore matière de rêves pour un Victor Hugo et un Arthur Rimbaud, et rééditée avec succès en 1990 dans la collection de grande diffusion “Bouquins”.

11. Parmi les maîtres des Petites Écoles des Champs, citons seulement Pierre Nicole (1625-1695), co-auteur avec Antoine Arnauld de la fameuse Logique de Port-Royal (1662, et aujourd’hui en livre de Poche). À partir de 1671, ce théologien très « littéraire » commence à publier des Essais de morale, longtemps très lus, admirés de Mme de Sévigné et de Lamennais, réédités encore récemment (P.U.F., 1999) : ces analyses subtiles font de lui l’un des moralistes marquants du Siècle de Louis XIV.

 Les Solitaires

12. Le prestige du Port-Royal de la mère Angélique, surnommée la sainte Thérèse de Cîteaux à cause des divers monastères dont elle a guidé le retour aux sources, mais aussi des relations de parenté ont attiré autour des deux maisons, mais surtout de celle des Champs, des hommes épris de retraite et de vie chrétienne ardente. Ce sont les célèbres Solitaires de Port-Royal. Entre 1638 et 1679, où ils se voient chassés par le pouvoir royal, on en connaît 85.

13. Leur mode de vie, extrêmement original, s’inspire jusqu’à un certain point du modèle des chartreux : ils vivent en ermites ou en très petits groupes, et se réunissent pour participer aux principaux offices liturgiques dans l’église du monastère. Mais ils ne prononcent aucun vœu. Ils vivent là simplement parce que l’Esprit de Dieu les y pousse. La plupart sont des laïcs. Issus de milieux assez divers, ils possèdent pour beaucoup une formation intellectuelle, ce qui fait d’eux une surprenante ruche d’intelligences, pratiquant les langues (hébreu, grec, espagnol, italien) et multipliant des traductions qui ont irrigué longtemps le catholicisme de langue française.

14. Ne retenons ici que six d’entre eux. Tout d’abord un avocat réputé, Antoine Lemaître (1608-1658), qui se « convertit » en 1637 à une existence pleinement évangélique, abandonne le barreau (à la fureur de Richelieu) et crée la formule qui sera celle des Solitaires. Traducteur de saint Bernard et de saint Jean Chrysostome, il commence à traduire aussi le Nouveau Testament, mais sa mort prématurée explique que la poursuite de l’entreprise soit passée aux mains de son frère, Lemaître de Sacy.

15. Ensuite un personnage pittoresque, le médecin Jean Hamon (1618-1687), auteur de nombreux écrits de spiritualité : De la prière continuelle, De la solitude… Par son côté franciscain il a séduit Sainte-Beuve. Il rendait visite à ses malades des environs monté sur un âne, sur le dos duquel il avait installé un petit lutrin, pour ne pas interrompre ses lectures méditatives.

16. Puis un trio de remarquables mémorialistes : Claude Lancelot (1616-1695) qui, à côté d’ouvrages pédagogiques longtemps réputés, a célébré dans ses Mémoires son maître, l’abbé de Saint-Cyran ; Pierre Thomas du Fossé (1634-1698), initiateur de ce que nous appelons aujourd’hui la littérature au magnétophone : il a transcrit ses interviews d’un vieux soldat devenu Solitaire, dans ses Mémoires de M. de Pontis (1676 et 1678 ; il en existe une riche édition critique, parue en 2001 chez Champion), avant de composer à la fin de sa vie ses propres Mémoires (publiés seulement en 1739) ; enfin Nicolas Fontaine (1625-1709), auteur de ce qui constitue la meilleure voie d’accès à l’intériorité du groupe, ses Mémoires ou histoire des Solitaires de Port-Royal, édités magistralement en 2001 chez Champion par Pascale Thouvenin, qui a retrouvé en 1992 l’original autographe à la bibliothèque de l’Institut de France. C’est Fontaine qui nous a conservé l’éblouissant Entretien de M. Pascal avec M. de Sacy sur Épictète et Montaigne.

17. Terminons avec le plus connu, Robert Arnauld d’Andilly (1589-1674), le Patriarche de la vallée de Chevreuse, dont Philippe de Champaigne a peint un magnifique portrait (Musée du Louvre). Membre de la haute administration royale, ami intime de Saint-Cyran, d’Andilly s’est fait connaître comme poète, avant de devenir Solitaire en 1645. Une fois retiré aux Champs, il s’adonne à la culture des arbres fruitiers, mais surtout multiplie les belles traductions, parmi lesquelles celles des Confessions de saint Augustin (1649, et actuellement chez Gallimard, “Folio”), saint Jean Climaque, sainte Thérèse… C’est lui qui fait découvrir les Pères du désert au grand public français avec ses Vies des saints Pères des déserts (1647-1653), qui ont compté parmi leurs premiers lecteurs Mme de Sévigné et La Fontaine. Longtemps habitué de l’Hôtel de Rambouillet, ami de Mme de Sévigné et de Mme du Plessis-Guénégaud, d’Andilly illustre les interférences entre Port-Royal et l’élite mondaine, sa culture, son amour de la beauté du français.

 Le cercle des familles

18. Si nous passons maintenant à un cercle de personnalités un peu moins proches spirituellement des moniales, voici leurs familles. On saisit non moins pleinement ici combien ce sont les religieuses qui se situent au foyer de toutes ces gravitations.

19. À tout seigneur, tout honneur : il s’impose de commencer par une grande famille de la noblesse de robe, les Arnauld. Au XIIe siècle, Bernard de Fontaine était entré à Cîteaux en y entraînant vingt membres de sa parenté. Cinq siècles plus tard, les Arnauld renouvellent le geste du fondateur : ils donnent à Port-Royal trois de ses abbesses, Angélique, la réformatrice, sa sœur cadette Agnès et sa nièce Angélique de Saint-Jean, fille de Robert Arnauld d’Andilly. Bien plus, en deux générations, cette famille fournit au monastère neuf autres religieuses, quatre Solitaires, un de ses directeurs les plus écoutés, Sacy, ainsi que le plus puissant théologien du Siècle de Louis XIV, Antoine Arnauld, dit le Grand Arnauld (1612-1694), frère cadet de la réformatrice, ami de Pascal et interlocuteur de Descartes, de Malebranche, de Leibniz. Antoine a été un disciple de Saint-Cyran et un défenseur de Jansénius, avant de s’affirmer comme le chef de file des théologiens augustiniens liés à Port-Royal.

20. Quelques autres exemples suffiront à marquer l’ampleur du phénomène. Jacqueline Pascal, poétesse prodige, prend le voile en 1652 : elle attire dans l’orbite du monastère son frère Blaise, un des premiers savants d’Europe, et toute la famille de sa sœur aînée, les Périer. La grand’mère et la tante de Jean Racine, religieuses, confient l’enfant aux Solitaires des Champs. Les deux filles du peintre Philippe de Champaigne sont élevées par les religieuses de Paris, et l’une d’elles, Catherine, y prend le voile en 1657 : miraculée en 1662, elle inspire à son père l’une de ses plus belles toiles, l’Ex voto (Musée du Louvre), où elle est en prière à côté de la mère Agnès, toutes deux saisissantes d’intériorité. Le chevalier Renaud de Sévigné, ancien frondeur, se retire en 1660 comme Solitaire aux abords de la maison de Paris : il est l’oncle de l’épistolière et le beau-père de Mme de Lafayette. La petite-fille du duc de Liancourt, dont l’hôtel se situe rue de Seine, est pensionnaire à Port-Royal de Paris : l’hôtel, alors l’un des centres de la vie intellectuelle, accueille toutes sortes d’amis du monastère ; et le neveu du duc, qui y réside, s’appelle La Rochefoucauld, l’auteur des Maximes (1665), si marquées par la vision augustinienne de l’homme.

 La rosace de Port-Royal

21. L’éclat des trois cercles précédents est renforcé par celui d’un dernier cercle, particulièrement fourni, celui des personnes que fascinent la rigueur évangélique du monastère et la haute qualité des intelligences et des caractères qu’il regroupe. Ce sont d’abord de très nombreux théologiens, prêtres séculiers ou religieux, laïcs de toutes origines, ce qui explique l’abondance des articles dans le Dictionnaire de Port-Royal, pourtant limité aux sympathisants. La puissante campagne des Provinciales (1656-1658) se prolongera en un mouvement qui mobilisera des groupes entiers de prêtres et aboutira à la condamnation par Rome de la morale relâchée en 1665-1666 et en 1679.

22. Outre l’hôtel de Liancourt, maints autres milieux sont proches de Port-Royal, et cela jusque dans la haute aristocratie. Ainsi l’hôtel de Luynes, près du Pont-Neuf ; par ailleurs le duc s’est fait construire le château de Vaumurier, à deux cents mètres de l’abbaye des Champs et y reçoit nombre d’hôtes de passage ; son intendant, Nicolas Vitart, est l’oncle de Racine. De même l’hôtel de Nevers, sur l’emplacement de l’actuel Hôtel des monnaies, au bord de la Seine, accueille Pascal, Racine, Mme de Lafayette, Mme de Sévigné, La Rochefoucauld, Boileau ; sa brillante animatrice, la comtesse Du Plessis-Guénégaud, y donne des lectures de certaines des Provinciales de Pascal avant leur publication, et elle s’est fait aménager un logement de retraite à Port-Royal des Champs, où elle voisine avec la duchesse de Longueville, sœur du grand Condé et cousine de Louis XIV. Le frère de cette dernière, Armand de Bourbon, prince de Conti, après son retour à une véritable vie chrétienne, combat aux côtés de Port-Royal contre les dangers d’affaiblissement de la vigilance évangélique qu’il juge inhérents au théâtre.

23. Une autre animatrice de la vie mondaine, la marquise de Sablé, a installé son hôtel au premier étage de la maison de Paris (côté extérieur), où elle reçoit Pascal et travaille avec La Rochefoucauld à l’élaboration de maximes.

24. Tout cela justifie aisément l’image d’une vaste rosace, dont le centre est constitué par les religieuses. Jean Mesnard a pu parler d’une innervation, de la vie culturelle parisienne par Port-Royal, si l’on excepte les milieux Séguier et Fouquet, ainsi que le collège jésuite de Louis-le-Grand. En effet l’attraction du monastère, d’une intensité variable selon les cas, est perceptible un peu partout. Même une romancière comme Mlle de Scudéry célèbre Arnauld d’Andilly et les autres Solitaires dans son immense roman Clélie (1654-1660). Il est illusoire, à cette époque, d’opposer vie mondaine et aspirations chrétiennes : celles qu’on a appelées « les belles amies de Port-Royal » – Mme de Sablé, Mme de Sévigné, Mme de Longueville, etc. – sont chrétiennes en même temps qu’éprises des idéaux d’élégance et d’agrément qui ont pris force vers 1640-1660. Ces idéaux inspirent le mouvement des Précieuses, malencontreusement caricaturées par Molière en 1659. Avec leur exigence d’une qualité d’existence qui fasse échapper à la trop commune vulgarité, plusieurs des grandes Précieuses ont tout naturellement été séduites par l’évangélisme de Port-Royal. Elles s’appellent Mmes de Sévigné, de Lafayette, de Longueville, de Sablé, de Brégy, de Maure, Mlle de Scudéry…

25. Comment conclure, sinon en soulignant qu’avec Port-Royal nous nous trouvons en présence d’un des groupes culturels les plus brillants que nous offre la France. Depuis un demi-siècle, la recherche littéraire a redécouvert l’influence considérable de la conception augustinienne de l’homme sur presque tous les écrivains que nous appelons “classiques”. Une telle redécouverte correspond à ce qui a été marqué ici, et qu’avait en partie perçu Sainte-Beuve : le privilège que possède Port-Royal d’offrir un point de vue exceptionnel à partir duquel considérer les sommets du XVIIe siècle français : « Ce cloître d’abord rétréci, sous les arceaux duquel nous nous engagerons, va jusqu’au bout du grand règne [Louis XIV] qu’il a devancé, y donne à demi ou à plein à chaque instant, et l’éclaire de son désert par des jours profonds et imprévus. »

Philippe SELLIER


Pour citer l'article :

Philippe Sellier, « Qu’est-ce que Port-Royal ? ».
Publications électroniques de Port-Royal, Série 2009, section des Articles et contributions.

URL: http://www.amisdeportroyal.org/bibliotheque/?Qu-est-ce-que-Port-Royal.html


Publications électroniques de Port-Royal,
Série 2009

Table

Articles et contributions

Comptes rendus




| | Table générale | Contact | Suivre la vie du site|